AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Norma J. Grey - Journaliste renommée

Aller en bas 
AuteurMessage
Norma J. Grey
NATADMIN Love is a keyword
avatar

Nombre de messages : 61
Age : 27
Date d'inscription : 03/09/2007

Love Profil
Boum heart: /
Love Indice:
100/100  (100/100)
And if ?:

MessageSujet: Norma J. Grey - Journaliste renommée   Dim 9 Sep - 12:34

FICHE DE PRESENTATION


Nom : Grey - Thompson.
Prénom : Norma Jean, Mary-Rose, Elisabeth.
Âge : Norma possède vingt six printemps.
Date et Lieu de Naissance : La fille unique des Grey naquît au service des urgences de l'hôpital central de Sydney, prématurée de sept mois.
Origine de votre personnage : Australienne (et paradoxalement anglaise).
Occupation : D'abord journaliste d'une des nombreuses gazettes de Sydney, elle a, en près de six ans, fait une ascension fulgurante vers le succès et le journalisme international. Elle est aussi connue pour être, à ses moments perdus, une critique littéraire redoutable.


LOVE STORY

Statut actuel : Célibataire.
Situation sentimentale : Dix-sept ans. C'est à cet âge, premier âge de sa courte jeunesse, que la frêle fille entra dans une grande université de Sydney. Heureuse, posée, intelligente. Elle avait toutes ces qualités, celles que les mères ordonnent à leurs filles de posséder. Dés le moment où elle posa le pied dans l'école, une école qui formait de grands et renommés journalistes, elle aima un jeune étudiant, en presse sportive, il lui semblait. Portant des lunettes, la carrure bien battie, le regard profond, le charme qui allait avec. Une coqueluche, voilà ce qu'il était. Gary Thompson, c'était son nom. Thompson, le tombeur. Thompson, le garçon qui était assez beau, assez intéressant pour posséder un fan club. Des filles incroyablement pitoyables, d'ailleurs. Elle n'avait rien pour lui taper dans l'oeil.

Pendant longtemps, elle fut, à ses yeux, une groupie. Elle ne valait pas mieux qu'elles, elle croyait l'aimer, en vain. Pourtant, elle était bien plus calme, bien plus ambitieuse que toutes les autres. Relation amoureuse. Travail.
C'était sans doute cette audace qui le poussa à faire une concession. A la prendre dans son cercle de connaissances, à ne pas l'ignorer, comme les autres. A la baiser. Comme les autres. A la jeter. Comme les autres. Cette envie, celle de vouloir mieux la connaître, le dépassait totalement. Elle était simplement brune, portait un nom qui faisait référence à l'un de ses chanteurs favoris. Elle avait des yeux noisettes, une bouche à faire damner des saints. C'était tout, il lui semblait. Elle avait un peu de charme. C'est tout.

Quelques années plus tard, il apprit pourquoi elle était tombé amoureuse de lui. Un cahier. Un simple cahier de brouillon, un cahier de poèmes. A cause de poèmes qu'il n'avait jamais composés, qu'il s'était appropriés, pour la séduire. La duper. Elle ne l'avait peut-être jamais considérée comme un Apollon, après tout, qu'avait-il de spécial? A part ce culot charmant qu'il avait cultivé, depuis toujours, était-il réellement digne d'elle? Le cours de littérature commune. C'est là qu'ils se sont connus. Qu'ils se sont appréciés. QU'il se sont aimés, un soir d'été, alors qu'ils n'avaient pas quitter le campus.

Vingt ans. Si jeune. Si âgée. Elle n'avait rien vécu. Elle se préparait à vivre la dernière partie de sa vie. Elle allait enfanter. Elle était tombée enceinte, il n'avait jamais sû comment. Etait-ce lui? Etait-ce elle? Il ne voulait pas introduire dans leur couple ce qui aurait pu les séparer. Ce qui aurait pu éloigner de lui la femme qu'il avait appris à aimer, comme un fou. Il n'avait plus d'autre choix, il devait faire de Norma Jean Grey, une Thompson.

Quatre mois. Après l'union. Après l'annonce du bébé. Le paradis, dans lequel elle croyait vivre, n'existait pas. Un dîplome, un mariage heureux. Brusquement, un accident. Sa difficulté pour sortir de la voiture endomagée, retournée dans un fossé. Ses cris. Ses mains qui parcouraient le visage de Thompson, ses lèvres lui baisant la peau afin de lui redonner un souffle de vie. Sa voix cassée par l'accident, les hurlements, pour lui ordonner de vivre. Les cri de sa meilleure amie, qui faisait de même avec son propre conjoint, de l'autre côté de la voiture. Veuve. Au petit matin. Et les deux enfants, morts, avant même leurs naissances.

Les champs ci-dessous devront faire plus de 3 lignes.
Pourquoi s’est-elle/il laissé(e) convaincre par l’agence BIG LOVE ?L'amour, depuis six ans, c'est froid. C'est un sentiment impénétrable, incorrect, à rayer du dictionnaire sous la simple définition d'un sentiment que n'importe quel abruti peut ressentir.
Elle considère l'amour uniquement sous l'angle d'un acte. Quelque chose d'abrupt, de fort, de violent. La tendresse ne doit pas s'installer dans ce monde qu'elle berce toujours dans la luxure. L'amour, c'est le sexe, la sensualité. C'est quelque chose qui approche l'extase, mais quelque chose qui ne relie pas deux êtres humains qui se disent s'aimer passionémment, qui se disent se chérir. Violent. Ce n'est pas quelque chose de définissable.
Si elle s'est laissé tenter par Big Love, c'est seulement à cause de ça, ce problème qu'elle a avec l'amour. Cette rancoeur qu'elle porte et qu'elle crache à Cupidon depuis qu'elle ne sait quel Dieu qui n'en avait aucun droit lui avait pris l'homme de sa vie, le fruit de leurs chairs, ses enfants. Des enfants. Le fait est là, elle ne les a jamais connus...
Que signifie pour elle/lui le « grand amour » ? Elle ne sait pas, elle ne sait plus. C'était quelque chose, quelqu'un qui lui donnait des palpitations au coeur et au ventre, qui lui donnait l'envie d'envisager un avenir avec lui. Le grand amour se doit d'être protecteur envers la dulcinée, se doit être ferme aussi, mais tendre avec elle. Peut importe leurs disputes, elle considère ces dernières comme la colle de tous les couples. Après tout, vous vous êtes aimés avec vos qualités, vos défauts, vous vous êtes aimés à partir d'une haine indéfinnissable et de vos brouilles. Tant que ce ne sont pas les dernières, elle accepterait toutes ces disputes anodines, passionnées.

Ce qu’il/elle recherche chez l’autre : De la compréhension, un esprit ouvert et un tant soit peu de culture. Elle veut parler, plaisanter, aimer celui avec qui elle partage sa vie, sa couche, ses journées. Que ferait-elle d'un objet inanimé ou d'un brave petit chien? Le sortir ou l'exposer derrière une vitrine? Très peu pour elle.

BODY

Physique :
Manies :

Ce qu’il/elle regarde en premier chez l’homme/femme :
Ce qu’il/elle déteste dans le physique d’un homme/femme :

FEELING

Caractère :

YOU

Avatar : Keira Knightley.
Comment avez-vous découvert le forum : La Providence, dont l'existance me paraît douteuse, me l'a soufflé au creux de l'oreille, une nuit...
Autre chose à dire ? Heu... Vous pouvez répeter la question!?

_________________

(C)Icons Knightley Infos

J'ai péché par luxure,
Chaque soir dans tes bras,
Mais mon âme était pure,
Mea Culpa
Edith Piaf, Mea Culpa
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Norma J. Grey - Journaliste renommée
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Brutalite policiere contre un journaliste
» Quand le Conseil de presse du Québec pressure un journaliste haitien
» Mort d'un jeune journaliste/Adieu Bien-Cher, adieu mon ami
» [Grey's Anatomy RPG]
» Une renommé qui fait noyer quelqu'un

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Chapter two :: Big Loveurs profils-
Sauter vers: